Le développement, c’est l’affaire de tous. C’est l’une des raisons fondamentales qui justifient l’instauration des taxes professionnelles et foncières à l’endroit des citoyens que nous sommes. Ceci n’empêche néanmoins pas que nous puissions nous interroger sur le bien-fondé de certaines d’entre elles, surtout lorsqu’elles souffrent d’une quelconque contestation. C’est le cas par exemple de la taxe d’habitation. Constitue-t-elle une source d’injustice sociale ou est-elle tout simplement une exonération foncière ? Nous vous proposons de le découvrir à travers cet article.

Une taxe appliquée en fonction du niveau de développement de la région

Il est possible que dans les villes voisines, la taxe d’habitation ne soit pas la même pour deux logements présentant les mêmes caractéristiques. En effet, elle varie en fonction du niveau de développement de la région prise en compte. Une région avec un faible nombre d’entreprises aura ainsi tendance à compenser son manque à gagner en taxes professionnelles par une augmentation des taxes foncières.

Par contre, dans les régions avec un bon niveau de croissance, les réalités ne sont pas les mêmes. De fait, les taxes foncières dues sont moins importantes. Il est donc possible de lire à travers une telle variation des conditions d’application une forme d’injustice envers les plus pauvres. Puisque l’absence d’entreprise est le plus souvent synonyme de taux de chômage élevé et donc d’un niveau de vie bas.

Une taxe appliquée en fonction du type de logement

Si vous disposez de plusieurs logements, vous ne paierez certainement pas le même montant pour les taxes d’habitation de chacune d’elles. Si la moyenne de cette taxe en France est de 1803 euros, sa valeur n’est pas identique pour les résidences principales et secondaires. Pour les résidences principales par exemple, une série d’exonération est appliquée de sorte que les charges dont il doit s’acquitter ne soient pas trop grandes. Ce qui n’est pas le cas des résidences secondaires où le propriétaire ne passe que peu de temps. L’exonération est de ce fait accordée aux citoyens recourant aux services offerts dans la région alors que ceux qui ne les utilisent pas sont « pénalisés ».

Au vu de ces réalités et de bien d’autres encore, les contribuables doivent bien réfléchir avant de choisir lequel de leur logement devra servir de résidence principale. Cela leur permettra d’alléger considérablement leurs dépenses et ainsi rentabiliser plus facilement leurs investissements. À cela s’ajoute la nécessité de bien réfléchir avant de se lancer dans un projet de construction de maison.

Quelle est votre réduction d'impôts ?